Conglomérat 451 critique

Conglomerate 451 est un robot de donjon cyberpunk à la première personne où le monde a été pris en charge par quatre grandes entreprises travaillant contre le gouvernement. Vous êtes le directeur d’une agence gouvernementale qui mène des escouades de clones dans la lie de la ville pour terminer des missions afin de sauver la ville de sa disparition dystopique.

Cela vous semble compliqué? En ce qui concerne l’intrigue, c’est en quelque sorte au début parce qu’il y a un tas d’éléments impliqués. Des clones au piratage en passant par les cyborgs et au-delà, il y a beaucoup de science-fiction dans cette ville cyberpunk. Une fois que vous y êtes entré et que vous êtes immergé dans l’emplacement, c’est beaucoup plus clair du point de vue des traditions.

Dans l’ensemble, le jeu me rappelle XCOM 2, à la fois l’intrigue et un certain gameplay. Le combat est au tour par tour et vous avez la possibilité de personnaliser et d’améliorer votre escouade de clones comme vous le pouvez pour vos soldats dans XCOM 2. Cependant, ce ne sont pas seulement des améliorations de compétences et d’armes. Parce que ce sont des clones, vous pouvez les modifier avec des implants et même des membres supplémentaires. Votre équipe peut également ressentir de la douleur et des traumatismes et les effets de ceux-ci peuvent être permanents dans votre jeu, et il y a de la permadeath.

D’autres éléments de gameplay incluent, avant d’entrer en combat, vous pouvez explorer pour trouver des ressources et des boutiques. Le piratage prend un certain temps pour s’y habituer, car le didacticiel n’est pas génial pour expliquer quoi faire exactement. Le pire de ces cas sont les hacks de mise à niveau des statistiques, car la latence était terrible, donc j’ai toujours échoué les événements rapides. Et vous aurez votre agence où vous effectuez des recherches, faites et personnalisez des clones, et planifiez les missions.

Mon plus gros problème avec ce jeu est les commandes. Les commandes WASD sont fines et standard, mais utiliser Q et E pour tourner et ne pouvoir tourner que d’un quart de tour était horrible. Afin de regarder en douceur, il maintenait le bouton central de la souris enfoncé. Cela me dérange parce que votre vue à la première personne est un drone menant votre équipe, et je suis sûr qu’un drone peut pivoter en douceur de plus d’un quart de tour, ce qui facilite la vue. Je pense aussi que la vue à la première personne n’est pas géniale non plus et désoriente. Une troisième personne considère que le drone derrière l’équipe serait mieux pour moi. De plus, tous les choix visuels que vous faites avec vos clones sont inutiles car vous ne pouvez pas les voir du tout sur ces missions.

Dans l’ensemble, le concept est intéressant et possède beaucoup de mécanismes de jeu que j’apprécie. Les commandes et la vue à la première personne sont des ruptures pour moi personnellement, mais si vous ne trouvez pas cela gênant et que vous appréciez les robots de donjon et les jeux de type XCOM, jetez un coup d’œil au Conglomerate 451.

Camilette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page